La cuvée R/R est issue de rieslings du grand Cru EichbergEichberg à Eguisheim. Ce millésime 2000 représente la première année de production de cette cuvée.

La robe est dorée, sans défauts avec une pointe d'évolution. Le nez est assez voire même très puissant , mais pas très complexe; les épices poivrés dominent vachement et il est difficile de trouver du fruit (quelques fruits blancs tout de même). Le deuxième acteur du débat, c'est l'alcool, assurément. Présent au nez, il donne plus qu'il n'en faut en bouche, s'exprimant trop en gras et en amertume et déplaçant ainsi tout l'équilibre qu'une acidité trop retenue ne peut rattraper. La finale, est hélas, au diapason.

Alors, suis-je devenu maso de publier un tel commentaire. Non, parce qu'il m'appelle plusieurs réflexions correctes ou non, sûrement dictées par la subjectivité de tout dégustateur.

  • Je préfère en général PfersigbergPfersigberg à EichbergEichberg, parce que les vins y expriment souvent moins leur alcool, ou du moins leur rondeur en excès.
  • Je ne veux pas juger pour les autres le style actuel des vins de la maison Léon Beyer, mais celui-ci n'est pas vraiment ce que j'attends, surtout des rieslings.
  • Je pense principalement que le premier acteur de cette déception est le millésime 2000, qu'il y a quelques années je jugeait trop hâtivement positif. Aujourd'hui, ses voisins, antérieur et postérieur, sont autrement remarquables, surtout, pour la fraîcheur.