Solitaire mais Libre
Comme un Vieux Chêne
Au Coeur du Grès Rose

Voici ce que l'on retient tout d'abord du message d'André Ostertag adressé aux masses quand on en vient à prendre cette bouteille en main.

Chez Monsieur André, rien n'est semblable, tout a son âme propre mais s'il est un mythe qui ressort du lot, c'est cette Cuvée A360P en Pinot Gris sur le Grand Cru Muenchberg en Bas-Rhin.

Pour tout comprendre, il faut, comme souvent chez le maître, lire avant de jouer du coude, s'imprégner l'esprit par la vue avant de tâter de la texture et des arômes. Je ne voudrais en aucun cas me substituer au géniteur de cet objet du désir, alors je lui laisse la parole par ce document qu'il m'a envoyé et que je propose de télécharger ICI.


Merci à mes compatriotes de cavesa
pour la photo
Hiroshima, mon amour...

Et cette bouteille alors, qu'en est-il après le travail du coude...?

On a déjà vu des pinot gris plus clairs... c'est le moins qu'on puisse dire; ici, l'or et le jaune se fusionnent de façon très soutenue, une concentration étonnante pour un vin si jeune, mais qu'i est moins étonnante quand on connaît le patron...

Le nez... c'est l'Eden à Hiroshima, tant complexité et puissance se conjuguent pour livrer ce nez d'une fraicheur étonnante avec des notes de mirabelles sublimes, de la menthe écrasée, des fruits exotiques, une impression de poudre glacée de sucre et une petite, petite pointe d'élevage.

En bouche, il y a encore l'acidité de la jeunesse, vibrante mais pas tonitruante, acidité qui annonce un équilibre splendide concentré autour du fruit, croquant à souhaît, dans un doux cocon de gras et une pointe d'épices. Le tout se goûte sec, dès l'attaque de bouche qu'en finale KILOMETRIQUE

Dieu, que c'est "BEAU"... si vous avez l'occasion de rencontrer cette bouteille, n'hésitez pas un instant, c'est une supplique ! Pour l'acheter, ce sera, hélas, plus dur, il n' y en a plus au domaine