A l'occasion du Davos du Vin organisé par l'excellent "Grand Jury Européen", les professionnels de la presse viticole ont été amené à poser de nombreuses réflexions, parmi lesquelles l'émergence tranquille des blogs et des forums liés au vin.

S'il est désormais presque certains que la presse a intégré l'existence des formes médiatiques non professionnelles sur la toile, il semble même qu'il admettent aujourd'hui leur intérêt regrettant quelquefois un certain manque de sérénité, là où je ne peux pas leur donner tort à 100 %.
Il est tout aussi désormais indéniable que ces mêmes médias évolueront aussi de plus en plus pour proposer une offre web complète. Le Grand Jury a son site web et son blog, la RVF, son site qui contient un forum, B&D semblent un peu encore à la traîne avec un site web assez bancal.

Alors façe à ces médias traditionnels, quid de la raison d'être des forums et des blogs ?

Le Wine Spectator, la RVF, B&D sont souvent, de gré ou de force, prescripteurs de vente des domaines qu'ils traitent dans leurs articles, leurs dégustations ou leurs guides. Et comme il y aura toujours des gens pour croire que ce qui est lu ou vu est une vérité première, l'intensité du vecteur prescripteur ne diminuera pas.

Si, à l'inverse, les forums répondent de plus en plus au fait de partager sans imposer, en insistant sur le fait que ce qui est décrit n'est qu'une impression personnelle et qu'elle ne devient réellement intéressante qu'en étant controversée tactilement par un groupe le plus grand possible, ces mêmes forums auront au moins le mérite d'attirer ceux qui ne recherchent pas de prescripteur; ils assureront de plus en plus ce qu'ils font déjà très bien, une plate-forme d'échanges informatifs, de rencontres et de débats entre passionnés.
D'où l'intérêt pour les forums d'une participation active de chacun ainsi que de la multiplication maximale des dégustations de groupes, d'où l'intérêt de réactions nuancées, toujours basées sur une expérience perso et non une philo perso.

Et les blogs la-dedans ?

Je ne pense pas qu'ils auront les moyens de concurrencer les forums sur le terrain du débat ouvert et partagé. Ce n'est d'ailleurs pas leur vocation, en tous cas pas celle de ce blog-çi.
Je vois les blogs comme des témoins plus anecdotiques d'une passion, espace de liberté pour y afficher ses humeurs, ses coups de coeur et cela en dehors de la houle des débats à controverse.
Je les perçois aussi comme un condensé de l'image de sa passion, un peu comme un backup d'idées et d'impressions, mais en aucun cas, prescipteurs. Je serais dailleurs bien ennuyé dans la relation que j'ai avec les vignerons d'avoir cette étiquette; elle pervertirait à coup sûr mon image de simple amateur passionné que je veux garder chez eux.

De toutes manières, se calquer sur mes goûts serait bien risqué, à commencer par l'émail dentaire de mes éventuels lecteurs, vu la tolérance à des ph de 2.8 auquel je semble m'accommoder, voire me complaire....

Il restera de tout cela un fait indéniable : les vignerons n'ont pas attendu que forums et blogs soient reconnus par les professionnels de la presse, ils ont intégrés ceux-ci depuis pas mal de temps dans le baromètre de la réponse à leurs vins.

A la question "Que pensez-vous, en temps que vigneron, des blogs et forums", Frédéric Bernhard de Katzenthal me confiait récemment : J’y suis plus que sensible, même si je ne lis pas tout par faute de temps ; votre avis est complémentaire à ceux des guides pros car vous êtes acheteurs et consommateurs, et aussi plus sensible à la notion de rapport Qualité/Prix.

La vérité finale retera toujours dans votre verre, dans le plaisr ou non que vous tirerez d'un vin, que celui-ci emporte l'avis de la majorité ou non.