Carnets de Route
en Languedoc-Roussillon

 

13. Eric Monné
Le Clot de l'Oum

Bien qu'originaire de Perpignan, Eric Monné a pas mal bourlingué avant de se lancer, de retour au pays, dans le métier de viticulteur.. à mi-temps, puisqu'il exerce en sus son métier d'ingénieur à la commission des brevets de la Communauté Européenne... aux Pays-Bas.

Mais il n'empêche, suite à une idée germée en 1995, que son projet de vie depuis 2001, soutenu par son épouse et de son père, c'est le Clot de l'Oum (prononcer Clotte), 15 hectares en 33 parcelles de vignes entre 350 et 600 mètres autour de la commune de Belesta sur l'AOC Côtes du Roussillon Villages "Caramany". On y retrouve du granit, du gneiss et des schistes. Les vignes sont conduites en agriculture biologique sans concessions, comme tout ce que font Eric et son épouse. Les rendements moyens, faibles comme dans toutes la région, sont de l'ordre de 15 à 20 hectos mais j'ai été frappé par la relative opulence des vignes en regard aux collègues visités avant. Les rangs sont souvent encore bien vert et de nombreuses grappes n'ont pas véré en ce 22 août. Eric m'explique que l'effet rafraichissant des vents du Nord, particulièrement sensible sur Belesta, permet de modérer les effets de la sécheresse.
L'impressionnant cuvier en forme de salle omnisport qui permet aussi l'élevage et le stockage des vins, en est un autre exemple... chez les Monné, rien ne semble laissé au hasard. La plupart des vins y ont élevés en pièces bourguignonnes de deux vins ou plus sur 12 à 15 mois et il n'y a pas de filtration à la mise.

 

 

La ballade dans les vignes est enrichissante, particulièrement pour les vues imprenables sur la vallée de l'Agly, son barrage ainsi que les Corbières qui nous font face. Je ressens toutefois une certaine tension chez Eric, les vendanges étant proches, pas mal de travail, dont le dernier nettoyage des futs, restant à faire. Je lirai sur son blog qu'elles ont commencé deux jours après ma visite. On rentre sans tarder au "Cuvier" pour y faire la petite dégustation d'usage. Bien que tout se passe de manière très chaleureuse, je continue à ressentir Eric assez tendu, sont-ce les échéances qui sont responsables ou ma manière très peu loquace de commenter les vins "in situ" alors que je n'ai pas trop l'habitude de faire dans le "minimum" dans mes écrits... Sûr que c'est moins comique qu'au resto.

 

 

La dégustation commence par le Côtes du Roussillon blanc "Cine Panetonne" 2009, assemblage de grenaches blanc et gris. Le vin, très clair prose un nez assez intense avec pas mal de fruits jaunes mais surtout un floral très frais et délicat. La bouche est elle aussi  très fraiche, sous l'effet de la tension acide et si on retrouve le floral et les agrumes, c'est la salinité qui prend le pas sur la finale, pour mon plus grand plaisir !

On passe ensuite aux rouges avec, pour débuter, un des derniers vins du domaine, le Côtes du Roussillon Village "Granito Vivo" 2007, issu de 100 % de carignans octogénaires sur des sols granitiques comme l'indique son nom. Le nez me paraît assez fermé, entre pierre et fruits rouges. En bouche, on retrouve du fruit, des tanins assez charpentés, mais le tout forme un très bel équilibre sous l'effet de l'acidité bien présente. La longueur est plus qu'intéressante, et ceux qui aiment les carignans denses, charpentés et peu sous l'influence de l'alcool, devraient être ici très satisfaits.
Le vin suivant est un Côtes de Roussillon Villages Saint Bart 2005" vieilles vignes, vin issu de parts égales de syrah sur schistes et de vieilles grenaches et carignan sur granit et gneiss sur la vigne de Saint Barthélémy qui donne son nom à la cuvée qui a passé 15 mois d'élevage en barriques. Le nez est intense, très suggestif, sur des fruits rouges, de la cerise et des épices. L'élevage est lui aussi un peu perceptible. En bouche, l'attaque est tranchante, les tanins sont eux aussi droits et assez fins, la minéralité, importante ce qui fait que le vin donne une impression un peu monolithique. le fruit se réveille sur la belle finale avec un petit côté kirsch. Le même vin proposé ensuite sur le millésime 2008 me laisse plus réservé, tant sa structure tannique est importante. A revoir...

 

 

On termine avec le Côtes du Roussillon Villages "Numero Uno" 2007, assemblage des meilleures parcelles de carignan et syrah sur gneiss et granit, trié grain par grain à la vendange et  vinifié comme la cuvée Saint-Bart. Le nez est assez généreux, sur des fruits rouges un peu compotés et des notes pierreuses. En bouche, si les tanins marquent la puissance de la bouche, on est tout de même pas sur quelque chose de bodybuildé, parce qu'à nouveau la fraicheur vient faire le ménage. On pressent la grande garde, et si ce vin est clairement à réserver à la gastronomie, il me plaît là, déjà, énormément. Il est certain, à l'image des autres vins goûtés que l'on est ici plus sur un vin structuré et tendu que sur une gourmandise sudiste....

Je ne parlerai pas de la "Compagnie des Papillons" 2008, dégusté ensuite à ma demande, parce que l'effet de séquence derrière Numero Uno est trop intense et m'empêche toute objectivité.

Finalement, je trouve les vins du Clot de l'Oum, assez à l'image de leur géniteur... plus secs que chauds, plus bâtis que souples et toujours très frais de part leur tension. Merci à Eric pour m'avoir accueilli... malgré les urgences !

Domaine du Clot de l'Oum
Eric Monné
66720 Belesta
TEL : 06 60 57 69 62
Web :
www.clotdeloum.com