Humeur, encore...

La gastronomie française...
... a bien changé.

 

Moi, Jacquôt je t'aimais bien ...
 
Hier, je n'ai pas pu, je n'ai pas voulu passer malgré mon statut "de garde" à côté de la finale de Top Chef. Les patients ayant visiblement décidé la même chose, je n'ai pratiquement rien raté.
 
Et franchement, sur le fond, même si ce type d'émission fait le buzz actuellement, je trouve cela distrayant et bien foutu.
 
De même, j'ai pas envie de m'emporter pour tel ou tel candidats, ils sont après tout, tous sympa et bien plus doués que moi.
 
MAIS, ce qui me tue littéralement, alors que la majorité des dernières émissions se sont déroulées dans des établissements prestigieux qui portent haut le blason de la gastronomie française, le vin est totalement absent des débats.
 
 Je cite trois observations des plus comiques :
 
 1. la semaine passée, les 4 derniers candidats sont accuuellis par un chef constellé qui leur propose "son" meilleur de lui-même ainsi que le meilleur du service de son établissement. Si on perçoit du vin sur la table, pas la moindre idée de ce que c'est ni de la justification de quelque accord que ce soit . Frustrant
 
 2. avant le combat, les candidats se voient pour une nuit chacun attribuer une suite dans l'établissement en question où les attend une bouiteille de champagne prête à servir. Et bien, vous savez quoi, seul un des 4 candidats a ouvert sa bouteille, mais n'en a vraiment rien dit. Par contre, un autre, lui n'hésite pas à s'exprimer en disant : Oulàlà de l'alcool, danger!!! Surtout pas, pas même une coupe ! Demain, on travaille... Et cela, on le passe sur antenne, évidemment. Le Grand PS a résisté à l'odieuse tentation. Pitoyable.
 
 3. Lors de l'apotéose, hier, un menu 3 plats est proposé à plus de cent convives... c'est la finale, le grand moment, et bien, vous lisez bien, c'est à l'eau plate ou l'eau à bulles que cela se passe. Faudrait surtout pas perturber les plats ou droguer les convives, mon bon prince! Consternant.
 
Et on parle de top chef, alors qu'il est clair que dans les meilleurs maisons, le chef intervient dans le placement du vin et recherche des accords. Pour combien de temps, encore, ma bonne dame?
 
Car, ici, triomphe l'hygienisme ambiant de la boustiffaille à tout prix, mais surtout sans alcool. Même si ce dernier contribue à la prise de poids, ce n'est pas l'élément absolu de la prise de poids non plus, or, c'est quand même plus facile de faire haro sur la nouvelle drogue que de montrer du doidgt 40% d'obèses (dont je fais partie).
Et je ne pointe pas du doigt "Top Chef". Sur Master Chef, même combat. Sur Cuisine TV, le vin est en net recul, aussi, pour autant, et c'est cela qui est le plus remarquable que les émissions sont "Made in France".
 Parce que dès qu'on franchit le Channel ou pire qu'on nage vers l'empire de la malbouffe outre Atlantique, le vin renaît, il fait même l'objet de l'épine dorsale de certaines émissions. etrange.
 
Même mon petit pays hôte, le pays de "Papa", a réussi, contre toutes attentes, a produire, sur sa chaine publique, une émission culinaire-concours un peu destroy, certes, mais pleine de cet humour que seuls les belges manient à la perfection, certes, et tous les chefs présents y ont parlé "vin"... et tous les candidats ont du l'intégrer dans leur cursus, à chaque émission.
 
Alors, quid, UN COUP MONTE ??? de l'hygiénisme ambiant dans l'hexagone ? Ou alors, c'est comme cela, maintenant, c'est soit des étoiles et de l'eau, soit jambon-beurre et Sassicaia.
 
 Perso, j'ai choisi, ce sera jambon-beurre... riesling !
 
 Triste...
 
 Moi, Jacquôt je t'aimais bien !