ven01N°38

ab02 

Des tas de quilles à la mer...
Un cri sous le soleil (enfin pas toujours)...
Un appel au secours vibrant...

Cet été, n'abandonnez pas votre caviste !

C'est toujours un énorme plaisir de répondre présent à l'appel de notre secrétaire-fondatrice universelle, Iris Rutz-Rudel, infatigable maillon central des Vendredis du Vin, pour lever le gant de la présidence de ces VDVs du mois de juillet, la 38e édition de ce joyeux melting pot de joyeux glouglouteurs en quête de plaisir, de convivialité et d'émotion à travers leurs joyeux sautages de bouchons.

C'est aussi un honneur de succéder à une marée féminine personnifiée par notre présidente de juin, Nathalie Merceron, alias Tiuscha, qui, en plus de son talent de scribe et d’organisatrice, nous a ramené des tas de copines aux vendredis.

Je n'ai probablement pas autant de patine que Nathalie quand il s'agit de parler glou et miam, mais la thématique de ce mois de juillet, elle, je l'avais depuis un bout de temps dans le collimateur...

Certes les évènements de tous les jours nous ramènent à la réalité du "grave", certes, Arnaud Lagardère est très amoureux, certes Bernard Magrez ne boude plus les Vinocamp, certes... mais faut-il pour autant taire ce microdrame estival, annuellement répété, qui est l'abandon de nos cavistes aux prix d'autres muses viniques souvent plus solaires ?

Non, évidemment, et c'est très nombreux, malgré les chassés-croisés de la transhumance entre juilletistes et aoutiens, c'est très nombreux, donc, que vous avez répondu à mon appel vibrant... ou alors, c'est que Rocco, il vous a angoissé plus que prévu !

 

 

Petit bémol à l'humour ambiant, si la thématique se veut évidemment joyeuse, certains comme Guillaume (Du Morgon dans les Veines), nous rappellent que pour certains cavistes, la période creuse devient définitive comme pour la Cave de l'Insolite à Paris que Michel Moulherat animait visiblement avec passion.

Cette longue introduction enfin terminée, il est temps de faire place aux acteurs...

Dans le petit peuple glouglou de la grande toile, il y a d'abord eu ceux qui se lèvent avant l'heure, parce qu'ils n'ont souvent pas le choix, où parce qu'ils aiment être les premiers sur la route.

Pour ouvrir le bal des lève-tôt, Anne-Laurence Chadronnier, très en verve sur son Rouge, Blanc, Bulles rentre en rébellion contre les commerçants qui ne devraient pas en être et leur oppose une petite cave de Pont-Aven, La Part des Anges, où là, on a tout compris, avec une mention pour Sophie et son conseil du jour, "En Rébellion", un pinot noir de Bernard Alias en Languedoc...

"De temps en temps,
quelques inscriptions sur les bouteilles,
quelques mots, qui parlent.
On y resterait des heures dans cette cave."

 

 

Autre lève-tôt, Sébastien Fleuret, le Micro-Vigneron Angevin nous rappelle qu'il y en a que cela ne gène pas de marcher dans la boue... et de tenir le sécateur pour être plus près des vins qu'ils conseillent, pas comme les pseudos sommeliers-cavistes de salon qui marchent au catalogue. Parmi ces "vrais de vrais", il y a Jean-Charles et toute l'équipe de Wine-Not à Angers, un passionné de la première heure qui sait adapter aussi ses conseils en fonction de la demande... et comme, il paraît que la cité Angevine regorge de petits coins sympas comme cela, on en redemande.

"Et quand je parle de caviste, c'est la même chose.
Oublions définitivement les pseudo-sommeliers de superette,
les Nicolas et autres grossistes de négoce
et parlons un peu de ces cavistes
que l'on voit dans nos vignes."

Le dernier des lêve-tôt, c'est encore une vigneron, que dis-je, une vigneronne, Céline Romain du Clos Romain, qui, tout comme Sébastien, y est allé d'un très beau texte où elle exprime parfaitement l'importance pour le monde viticole de ceux qu'on honore en ces 38e Vendredis du Vin...

...ceux qui ont choisi d'aller rencontrer
même de touts petits vignerons comme nous,
d'écouter leur histoire, de voir leurs terres,
de gouter leur production,
de vendre un peu de ce terroir,
de cette histoire,
d'aider une famille à vivre de son travail !
Ceux qui s intéressent à ce qu'ils vendent,
plus qu'à leur tiroir caisse …
ceux qui aiment le vin,
et en parlent pendant des heures, l oeil pétillant,
ceux qui n'aiment qu'un bruit,
celui du bouchon qui saute,
 et qui se précipitent pour sentir l'odeur du vin !!

 

 

Et puis, pour ouvrir officiellement ces 38e Vendredis du Vin, il y a eu votre serviteur, l'œil brillant, le front perlant, l'index tremblotant qui a attendu 0 heures, 0 minutes et une fraction de seconds pour poster une espèce de récit aussi long que le Danube sur les tribulations viniques d'une bande de fous furieux, se dénommant sans le moindre complexe, les VDVs Brusseleir, qui y ont été de leur délire à nouveau mensuel pour faire sauter plus de cols que même un Armstrong n'eût été capable d'imaginer, le tout sous les bons hospices d'un des plus inénarrables cavistes niçois exportés en Belgitude, l'ami Jean-François Basin des établissements Basin & Marot.

 

 

Parler de tout rendrait ce résumé sans fin, disons juste qu'il y a eu des coups de cœur... et des coups de cœur avec, entre autres, nos amis Foillard, Pico, Valette, Rieffel et Alonso en toute grande forme du moins si on s'attache à leurs flacons. Y a eu beaucoup de sourire, ôssi et pour ceux qui ont le courage de tout lire... ça se passe ICI !

Une fois de plus, un ode au vins de glou,
des glous digestes de digestes,
des glous que Lulu la Nantaise,
elle pourrait en boire une citerne !

Le suivant des candidats au titre de preux chevalier de la SPC (Société Protectrice des Cavistes © Olif), c'est Stéphane Couturier qui y va lui aussi d'une pensée émue pour son pote Will du Fruit Défendu à Poitiers, alors qu'il avait tous les motifs pour oublier ce lien entre lui et le producteur, puisqu'il se prélassait au bord de la piscine du... Mas Coris, au moment d'écrire son plaidoyer !

 

 

Le suivant de ces Messieurs, c'est une bestiole de poids, puisqu'il s'agit du Maître Jurassique Olif qui, sur son Blog, y va une fois de plus de sa verve imparable pour nous décrire cet oiseau étrange qui de vendeur itinérant à choisi de s'installer dans des échoppes fixes avec le seul soin de nous abreuver de liquides que seuls la morale de l'Etat réprouve (enfin, pas du temps du Grand Jacques).
Non content de se limiter à la truculence de sa définition de la profession, il nous livre aussi quelques adresses aussi imparables que son texte ! (voir la liste en fin d'article)... incontournable, évidemment !

...ces bipèdes empêtrés dans un tablier à grandes poches
qui passent leur temps
à monter et descendre les escaliers en colimaçon de la cave
pour remonter des bouteilles à la surface,
une chance qu'elles ne soient pas tire-bouchonnées
dans le même temps.

 

 

Retour à une vigneronne blogueuse des plus sympathiques, qu'on aime autant à lire qu'à boire ses vins, Isabelle Perraud, pour ne pas la citer qui sur le blog de son Domaine des Côtes de la Molière en Bojo ne sait qui choisir ou citer parmi les nombreux cavistes avec qui elle aime travailler et qui défendent si bien ses vins.... Elle nous touche avec une anecdote qui prouve qu'en plus de la passion, nos amis peuvent faire preuve d'une étonnante patience

En début d'année, ils commandent du Saint Véran 2009...
à son arrivée en Suisse, ce vin sans soufre, décide de bouder,
de se refermer
 et de dégager une odeur pas très agréable à l'ouverture!
Je connais un peu nos vins
et demande à Mr Crélier de les oublier un peu...
ce qu'il fait...plusieurs mois.
Il décide de les remettre à la vente seulement maintenant...alors qu'ils sont...au meilleur de leur forme, magnifique, expressif...
Il faut savoir attendre quelquefois, on en est remercié

 

 

C'est ensuite le tour de Doc Adn et ses Escapades viniques et gastronomiques de crier sa nécessité de vivre sa passion à tarvers les cavistes, lui qui séjourne là où le vin ne pousse pas et où l'espoir de voir organiser un championnat du monde du cri du zébu castré est aussi probable que de voir Sarko ouvrir boutique caviste glou en guise de reconversion.
Comme bon nombre des participants, il nous livre une belle liste d'adresses immanquables !

Le caviste, acteur incontournable de mes découvertes,
qui fait les kms que je ne peux pas tout le temps faire.
Sans lui, beaucoup de vins resteraient au stade de la littérature,
du mythe, de l'intouchable.

 

 

Au passage, notre impératrice des VDVs, nommée secrétaire générale à vie et même après, Iris, nous rappelle sur son blog qu'il existe un excellent guide du glou, qui offre une large part aux cavistes que l'on aime : Le guide de l'Amateur des Vins Naturels de Dominique Lacout

 

 

Olivier Lebaron, de Show Viniste, lui n'a pas lu le livre en question.... par erreur, il s'enfonce dans la jungle d'un supermarché pour s'en enfuir aussi tôt, à grandes enjambées. La quête du graal est aventureuse, Olivier...

Soudain, alors que retentit une voix nasillarde et féminine, annonçant que madame Laplanche est attendue à la caisse centrale, depuis le plafond de l’hypermarché, d’une voix qui ferait pâlir de jalousie une poule s’égosillant au lever du soleil dans une ferme isolée en pleine campagne, une ravissante jeune femme m’interpelle par un “Bonjour Monsieur” , grand sourire, dent blanche, et me tend un minuscule gobelet en plastique rempli d’un liquide jaune pâle.
“Vous connaissez certainement notre apéritif du soleil !” me dit-elle (question inductrice dont la réponse sera à 99% positive et donc favorable pour la suite de la procédure de vente)….

 

 

Pierre-Marie Camper et son blog "Vinovelo" trouve enfin un passage entre deux averses pour atteindre un caviste qui vaut largement le détour (à pied ou en tram aussi). La Cave à Part tenue par Martin Puyoousemble largement bien porter son nom dans l'univers impitoyable de Bordeaux.

L’accueil est chaleureux, la poignée de main franche.
L’ambiance intimiste invite à se prélasser, à jaser tout en sirotant l’un des crus de l’antre.
Passionné, lassé du tout Bordeaux,
Martin est un chercheur d’émotion.
Ni trop, ni trop peu de bouteilles, il connaît ses petits bébés.
Une petite histoire se cache derrière chaque quille,
et l’on aurait tort de ne pas lui demander service

 

 

Steven et Peter, cousins à la vie comme sur le web via leur blog "Le Vin des Cousins", nous dépaysent en nous emmenant à la découverte d'un lieu incontournable de leurs vacances, chez Quique, caviste à San Vicente Del Raspeig près d'Alicante.
Comme beaucoup de ceux que nous apprécions, Quique assume pleinement son rôle de défricheur de talents, se faisant un must de proposer des "grands" vins ibériques de région moins connues comme les Baléares.

Comme chaque année, après la visite à la famille,
la suivante sur la liste sera pour Quique,
maxi caviste dans sa mini cave de la Calle Vicente Vidal.

 

 

Comme déjà annoncé plus haut dans cette article, Guillaume qui a Du Morgon dans les Veines  revient sur la fermeture de la cave de son pote Michel Moutherat, La Cave de l'Insolite, où il a passé autant de bon temps et bien souvent en très bonne compagnie. Et ce retour est fait de la meilleures des façons... à travers que Michel lui a conseillé, comme cet incontournable Brut Nature Zéro Dosage de Drappier !

Mon caviste, ma cantine, mon repaire, ma deuxième maison ferme.
Et pas que pour l'été.
Michel Moulherat ferme définitivement sa Cave de l'Insolite.
De caviste, il avait fait évoluer un peu la chose
en faisant des trucs incroyables à grignoter
pour accompagner ses vins.

 

 

Didier Dardenne à travers son article "Cinq petits jours en Loire" n'abandonne jamais ses cavistes même en vacances où chaque jour est l'occasion d'une visite, d'une rencontre comme chez Julien des "Saveurs de la Tonnelle" à Saumur. C'est qu'il en faut de la place dans le coffre, pour ce genre d'expéditions.

Après une petite sieste, nous allons nous promener à Saumur, Julien des Saveurs de la Tonnelle est vraiment un caviste passionné et je prends beaucoup de plaisir à terminer mes achats pour une dégustation future de vins de Loire...

 

 

Le candidat reporter suivant, c'est Michel de Vinodis, qui n'aime pas voir la tête de son pharmacien les lendemains de la veille, embrumés de vins de barbecue issus du premier Night Shop venu, alors que pour quelques euros de plus, chez son caviste préféré, c'est une boîte d'aspirine épargnée ze day after!

Evidemment, chez votre caviste préféré : pas de château, pas de tord-boyaux Nanard-WC, de pseudo-appellation, pas de promotion 1-bouteille-achetée-1-palette-offerte mais bien des sourires, des conseils, des souvenirs de rencontres avec le producteur, … Choses que très peu de réceptionnistes de station-essence ou de conseillers-vins de Grande Distribution peuvent offrir … quand ce même conseiller n’est pas aussi responsable du rayon fruits et légumes !

 

 

Et puis ensuite, il y a notre preuse chevalière (ça se dit ça?) d'Oenos, Eva de Loire qui après nous avoir fait le coup de la traversée de Paris, un "gros" paquet de quilles sous le bras, nous la joue très à la belge, dans sa dégustation très étoffée tout à l'honneur de Fabrice de la Contre-Etiquette qui a assumé son rôle de caviste à donf pour assurer la réussite de la soirée. Question de pas perdre la main, parce que très peu de temps avant, c'était soirée "soutien" pour Michel Moutherat de la Cave de l'Insolite, dont la fermeture cause grand peine à Paris et bien plus loin. Encore quelques entrainements comme cela, et tu peux aller prendre ton billet de TGV, direction Bruxelles, Eva !

Fabrice m’a donc aidé à bien choisir ces vins d’été et accessoirement, à remplir ma valise avec ces vins. Oui parce que pour transporter du vin dans Paris, il n’y a pas cinquante solutions : seul un destrier à roulettes est capable de relever un tel défi. Et aussi un bus, pour éviter les marches du métro. Et aussi des gros bras pour les monter au premier étage. Comment faire du sport à Paris….

 

 

La copie suivante, c'est celle Philippe Rapiteau, Pipette aux 4 vins réputée qui nous fait le coup du "Cavisting Out" en révélant à la face du monde ébahi... qu'il aurait voulu être un caviste. Déjà qu'on peut imaginer que si feu Balavoine avait modifié sa chanson pour l'occasion, il y aurait dans nos villes et villages autant de cavistes que d'apothicaires, on peut sans nul doute imaginer que la tentation que nous avons tous eu probablement un jour, Philippe, lui l'a eu très très fort, et de "l'Aéropostale, on est passé tout près...
Son texte restera avant tout comme un grand coup de chapeau à ceux qui ont eu l'audace d'aller jusqu'au bout et à qui nos caves doivent beaucoup...

Alors, bon sang!... Mais foncez chez votre caviste et, pendant vos vacances, chez le caviste de vos amis, y compris ceux du web 2.0!... Voilà un métier qui apporte plaisirs, découvertes, rencontres, passion. Finalement, ce sont un peu les descendants de tous ceux qui tenaient ces bars de villages et de quartiers, aujourd'hui disparus. Ceux qui étaient, certains jours, les sentinelles de notre quotidien. Et, en plus, ils ne manquent pas d'audace, ni de courage!

 

 

Et puis, il y a le petit texte, toujours emprunt de sensibilité, de Véronique, du pays où c'est tout le temps l'été, là où son Mas Coris est sorti récemment du sol.
Véro nous rappelle que quand les cavistes partent eux-mêmes en vacances, souvent à la chasse aux nouveaux trésors, au domaine, on ne chôme pas à accueillir les VDVinistes en campagne.

Parce que ça je l'ai constaté chez mon caviste préféréquejen'abandonneraipourrienaumonde tellement il me conseille bien !
Bon, mais ça c'est MON caviste quoi, celui chez qui je vais les yeux fermés quand je cherche un accord mets et vin, comme lors des VdV sur ce sujet.. Enfin je dis ça.. c'est raccourci, j'y vais toujours les yeux fermés ! Quand je veux sortir de mes frontières régionales et découvrir des vins d'autres appellations, et aussi quand je veux découvrir des vins d'autres pays..
Comme je ne prend pas de vacances cet été, je ne l'abandonnerai pas.. pas sure que lui fasse de même !!

 

 

Last but not least, l'expression le dit bien, une des dernières copies à être arrivée sur mon bureau virtuel est celle de notre secrétaire universelle et fondation de l'édifice des VDVs, Iris Rutz-Rudel.
Vu de son domaine Lisson, elle a attendu la visite d'un grand prédicateur pour aller à la vraie rencontre avec les oiseaux à l'honneur, et dans cette catégorie, c'est à nouveau
Christine Cannac qui a les honneurs, honneurs largement partagé avec un couple de fondu du pinard et de la bonne bouffe, Les Zinzins du Vin à Besançon. Un bien bel article... Danke Dir , Iris!

Je vois, s'il est à l'écoute du client, pour lui proposer un vin à la hauteur de mon attente, pour me proposer un vin qui pourrait me surprendre... et j'ai eu la chance de tomber presque chaque fois sur le bon conseil....

 

 

Voici, voilou, ceci termine le petit résumé des reportages de nos acteurs impénitents des Vendredis du Vin qui malgré les vacances n'ont pas manqué leur rendez-vous avec la thématique que j'ai proposé à Iris, notre secrétaire-présidente universelle.
Merci à vous tous, et si mon successeur n'est pas connu au moment où ces lignes sont couchées, je lui souhaite déjà autant de plaisir que j'en ai eu à partager tout cela.

Avant de vous quitter... je me permet, sous forme de lexique, de vous livrer une liste bien entendu non exhaustive des noms des cavistes qui ont été cités, quelquefois très souvent, ainsi que des vins qui ont été partagés dans le cadre de cette 38e édition des Vendredis du Vin.

Les cavistes à l'honneur

Ils étaient à la fête, quelquefois de la fête, voici une liste de ceux qui n'ont pas été abandonnés cet été.
(Quand une page web ou Facebook est dispo, un lien a été placée et
si le caviste a fait l'objet de plusieurs citations, il reçoit des étoiles....)

Si vous désirez comme Hub, me communiquer par messagerie d'autres adresses de cavistes, why not... je les ajouterai à la liste si elles respectent l'esprit de nos vendredis du vin, soit de la sympathie, du "vrai" conseil et une facheuse tendance à éviter le classisisme pour favoriser les vins de plaisir, de fête, les vins de glou, quoi !

 

 

Espagne

  • Quique, Calle Vicente Vidal à San Vicente Del Raspeig (Alicante)

France

Alpes-Maritimes

Bas-Rhin

Côtes d'Armor

  • Vinbiothé à Binic

Côte d'Or

Doubs

Eure-et-Loir

Finistère

Gironde

Haut-Rhin

  • La Bonne Bouteille à Ribeauvillé

Haute-Savoie

Hérault

Jura

Loire-Atlantique

  • Ô Pied 2 Nez à Nantes

Maine-et-Loire

Morbihan

Moselle

Paris

Pyrénées-Atlantiques

Pyrénées Orientales

Val de Loire

Val d'Oise

Vendée

Vienne

Belgique

Bruxelles

Brabant Wallon

Brabant Flamand

Liège

Italie

Suisse

Internet

 

 

Les vins à l'honneur

Voici un petit résumé de tous les vins à l'honneur de ces Vendredis du Vin, merci à tous les vignerons cités d'alimenter les braises de nos passions ainsi que les étals de nos cavistes !

Espagne

  • Bodega Anima Negra (Baléares) : Cuvée An2

France

Alsace

  • Paul Kubler : "Kintel " 2009

  • Lucas Rieffel : Pinot Noir «Kreuzel» 2009

Beaujolais

  • Jean Foillard : Morgon "Corcelette" 2007

  • Michel Guignier : Morgon

  • Jean-Claude Lapalu : Brouilly 2009

Bordeaux

  • Château Le Puy, Côtes de Francs 2006

Bourgogne

  • Les Champs de l’Abbaye : Bourgogne blanc 2009

  • Dom. des Côtes de la Molière : Saint-Véran 2009

  • Thomas Pico (Pattes-Loup) : Chablis 2008

  • Domaine Valette : Pouilly-Fuissé Tradition 2006

Champagne

  • Drappier : Brut nature Zéro Dosage

Languedoc

  • Bernard Alias : "En Rébellion", pinot noir, VDP d'Oc 2010

  • Domaine Catherine Bernard : VDP de l’Hérault 2010

  • Mas Coris : La Coulée Douce 2010 : Coteaux du Languedoc rosé

  • Mas Coris : Première Vague 2010 : Coteaux du Languedoc rouge

  • Domaine les Creisses : "Mon Rendez-Vous" 2008, VDP d'Oc

  • Mas des Chimères : l'Hérétique 2008, VDP des Coteaux du Salagou

  • Clos de la Mandaie : Chat Pitre rosé, vin de pays d’O

  • La Réserve d'Ô ; "Sansoo" 2010, Coteaux du Languedoc

Loire

  • Domaine Alexandre Bain : Pouilly Fumé 2009

  • Clos Grand Beaupréau : Savennières 2008

  • Domaine Le Briseau (C. et N. Chaussard) : Patapon 2008, Coteaux du Loir rouge

  • Domaine de la Chevalerie : Bourgueil Peu Mulau

  • Domaine du Collier : Saumur blanc "Charpenterie" 2006

  • Laurent Herlin : "Tsoin, Tsoin", Bourgueil 2010 **

  • Laurent Herlin : Cintré 2010

  • Lise Et Bertrand Jousset : Pti Sans Gêne 2010, Vin de Table

  • La Lunotte : Les Rossignoux, Vin de France (Sauvignon)

  • La Lunotte : "Trio", Vin de France

  • Domaine de la Pépière : Clos Cormerais, Muscadet de Sèvre et Maine, V/V 2005

  • Sébastien Riffault : Sancerre blanc « Akméniné » 2006

  • Domaine des Roches Neuves : Saumur blanc 2009 "L'Insolite"

Rhône Sud

  • Cyril Alonso : Osez Osez Rosé Fine, Vin de France Rosé **

Roussillon

  • Domaine de l’Ausseil :  La Capitelle 2002, Cotes du Roussillon Villages

  • Le Casot des Mailloles : Soulà IX, Vin de France (Banyuls) 100% grenache

  • Domaine Padié : Ciel Liquide 2006, Côtes du Roussillon Village

  • Domaine Padié : Fleur de Cailloux 2009, VDP des Côtes Catalanes

  • Olivier Pithon : La D18", IGP des Côtes Catalanes 2008

Savoie

  • Les Fils de Charles Trosset : Mondeuse "Arbin" de Savoie 2007

Sud-Ouest

  • Château Lestignac : "Les Abeilles des Collinettes", sauvignon blanc 2010

Italie

  • Cascina degli Ulivi : Vino da Tavola «Semplicemente Vino» Belotti Rosso 2010

  • Miani : Sauvignon Banel, Colli Orientale delle Friuli 2009

OVNIs

  • Domaine Bordetto : Cidre du Pays Basque Txalaparta 2008

  • La Cuve : Cidre fermier "Le Cid"

  • Julien Frémont : Calvados Réserve