mosse07

13 décembre 2012

46

Pour rappel... si de nombreux pays, à l’exception de la perfide Albion, envient la France pour les andouillettes AAAAA et les cuisses de grenouilles, on peut encore plus parler d’unanimité quand il s’agit des vins hexagonaux. C’est un fait ! Enfin, on pouvait parler d’unanimité, puisque depuis l’an de grâce 2010, une jeune ligérienne répondant au doux nom d’Eva Robineau a mis tout le monde d’accord en mettant au sommet de l’échelle du désir le calendrier de l’Avin, objet qui est désormais aux œnophiles  ce que la saucisse est à Morteau, et je pèse mes mots. 

Pour le plus grand bonheur des petits et grands buveurs de glou, l’« Avin Nouveau» est de retour en 2012, dans une toute nouvelle version mégatop !

Pour fêter cette deuxième contribution, rien de tel que croquer un bon petit fruit du Chablis...

Ce n’est certainement pas la première fois que je parle d’un vin de Thomas Pico et son Domaine Pattes-Loup  sur la toile, mais c’est toujours un plaisir d’en arriver à l’évidence que si un des vins de ma cave doit figurer à l’arbre avinesque d’Eva, c’est la nouvelle version qui vient de sortir de son Chablis générique, la 2011, en l’occurrence.

Mes coups de cœur ont commencé pour les vins de Thomas, il y a quelques années, quand arpentant les allées du Salon des Vins Natures à Seclin, je suis tombé sur ces véritables bombes de fruit et de fraicheur sur le millésime 2008. Que ce soit cette cuvée « de base » ou les trois premiers crus, Montmain, Côte de Jouan et Beauregard. En 2009, je pense vraiment que Thomas nous a offert parmi les plus beaux blancs de Bourgogne, confirmation en 2010, la fraicheur du millésime en plus.

Mais un hic, il y a …. Parti en viticulture avec des parcelles de la taille d’un bozon à l’échelle de l’univers bourguignon, Thomas nous balance ses pépites annuelles à des quantités ultra-ténues et si tu prends pas la balle d’un smash de revers avant le rebond, ben t’oublies le bonheur d’encaver un nouveau millésime…. Ça devrait s’arranger doucement, vu que depuis peu, les vignes de son père Georges (Domaine Bois d’Yver) sont lentement intégrées sous l’étiquette Pattes-loup, ou du moins, si le nom du Domaine Paternel subsiste, c’est clairement Thomas qui y met de plus en plus la main à la pâte. Et si bon sang ne saurait mentir, bon terroir familial, non plus…. Le temps simplement d’achever la conversion bio des vignes paternelles comme les siennes le furent en 2009 et les frustrations d’avoir manqué le Chablis de l’année devraient se faire nettement moindres.

44

Le millésime 2011, objet de cette page, ne déçoit absolument pas au contraire. Le nez est pur, intense, très floral et fruits jaunes, aussi bluffant que d’habitude. En bouche, il y a cette fusion entre le gras, le fruit juteux et la fraicheur, le tout avec une sensation de matière très présente, avec encore une légère pointe de richesse qui doit terminer de se fondre. Et puis, il y a cette salinité omniprésente…On est à des années-lumière de l’image d’Epinal de vin de Chablis, souvent strict, fermé et peu généreux….

Magnifique, j’en ai bien peur….

Alors Petit Papa Noël, si tu peux faire un détour par Courois en Chablis, ce serait sympa, question, ensuite de venir me verser plein de quilles de Thomas dans mes grands souliers.

Thomas Pico
Domaine Pattes Loup

Grande Rue Nicolas Droin
89800 Courgis
Tel : 03 86 41 46 38
Fax : 03 86 41 46 39
contact : thomas.pico@pattes-loup.com