Bettane's burning! Bettane's burning!
All across the town, all across the night
Everybody's driving with full headlights
Black or white turn it on, face the new religion
Everybody's sitting 'round drinking sad wines!

clash1

En réaction aux articles récemment publiés par Michel Bettane dans le Gambero Rosso et à ses prises de postion lors du Grand Tasting vis à vis de la filière bio-biodynamique et/ou naturelle, largement ébruités par Nicolas de Rouyn à travers les réseaux sociaux, et dont ce dernier article me paraît être une excellente pièce à conviction : http://bonvivantetplus.blogspot.fr/2013/01/le-vin-bio-de-la-redemption-limposture.html. A lire avec intérêt !

marbach03

C'est une évidence, le virage du 20e au 21e siècle a vu l'éclosion d'un ras de marée vinique, soit la viticulture bio avec ses pendants biodynamiques et naturels.

Bio calling to the faraway towns
Now that war is declared and battle come down 
Bio calling to the underworld
Come out of the cupboard, all you boys and girls 
Bio calling, now don't look to us 
Tasty Bettanemania has bitten the dust

clash2

Pour que les choses soient claires aux lecteurs de passage qui ne souffrent pas de la même passion que beaucoup de mes congénères blogueurs et moi, en très très grosses lignes, le bio se caractérise par l'abandon des intrants chimiques de type engrais et pesticides au grand profit du cuivre, principalement représenté par la célèbre bouillie bordelaise (à ne pas confondre avec le pot belge), les biodynamistes, eux, fidèles de Steiner, y ajoutant deux préparations principales (500 et 501) ainsi que de nombreux traitements de dilutions phyto-homéopathiques, les disciples du mouvement naturels, allant jusqu'à laisser la plus grande liberté au jus lors de son élevage, banissant peu ou prou, l'usage du soufre aux différents stade du dit élevage. Je sais, tout cela est assez grossier.
Une des constantes aussi observée de ces trois mouvements est de préférer très largement l'ensemencement des moûts par des levures indigènes (en se privant en plus de l'usage de soufre pour les plus dégénérés, shocking!) , tournant ainsi le dos à des décades de recherche ayant permis d'obtenir des vins bien propres, septiquement vierges, aux arômes millimétrés, permettant une consommation rapide et sans surprise.

Bref, une forme de retour en arrière pour des pragmatiques éclairés, si, du moins, on admet que 3000 ans de viticulture représente un analphabétisme total en manière de traiter la vigne et le raisin et que revenir aux pratiques "préhistoriques" n'est finalement qu'une... IMPOSTURE !

Et bien sûr, il a fallu que tel un de ses poètes romantiques du temps passé, mon coeur, langoureusement, verse vers une sympathie évidente vers ces vins "déviés"... j'utilise le mot "dévié" à juste titre puisqu'il émane du plus grand maître mondial du vin depuis le départ de Robert Parker, soit, Michel Bettane. Et "dévié" n'est qu'un des termes couramment utilisés par ce linguiste de formation, "taré" étant plus communément utilisé quand il s'agit de parler des vins issus du plus extrême de ces mouvements un jour révolutionnaires sanglants, un jour un peu conservateurs, soit les vins dits naturels.

Et bien si aujourd'hui, je décidais de virer de bord, et si j'avais soudainement envie d'écouter, sans mauvais esprit, les propos du grand maître Bettane et de son équipe..., Hein ?
Parce qu'après tout, au fil des différents posts sur les réseaux sociaux, personne n'a jamais nié ses grandes qualités de dégustateur. Et de plus, il faut admettre que les articles auxquels je fais référence et qui justifient ce papier (enfin, ce torchon diront certains) sont fort bien écrits.
En agissant de la sorte... je ne ferais que respecter, en cela, mes principes d'éclectisme.....

Et bien donc, si je l'écoutais de tout mon petit coeur, Monsieur Bettane, je resterais totalement
abasourdi!

Parce qu'il m'apparaît ainsi de plus en plus, le grand maître, en flingueur de ce qu'il a porté aux nues lors de ses précédents opii que ce soit dans le guide B&D ou dans Tast.
Mais alors, comme je vous l'avais dit, je suis bon public et, comme, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, je vais dès lors le croire sans le moindre doute et surtout... lui faire confiance !

Dès lors, j'imagine que sera reconsidérée à juste titre dans le futur de ces mêmes publications, la présence des vignerons issus de cette filière franco-italienne bio-biodynamique qui est largement incriminée dans ses récentes prises de position et ce, au titre de pollueur-cuivreur ou de déviationnistes du goût par l'usage de levures indigènes...

Alors, en fait, j'ose imaginer que le prochain opus du guide Bettane & Dessauve, le 2014, pour ne pas le nommer verra, en dehors de Bordeaux, Champagne et un poil Bourgogne, 85 % des domaines actuellement voués au Panthéon du bouquin se retrouver boutés hors de guide. Je pense particulièrement, monomaniaquement oblige, aux domaines alsaciens comme Mann, Kreydenweiss, Ostertag, Faller, Bott-Geyl, Deiss et surtout Zind-Humbrecht, rabaissés au rang qu'ils méritent, ceux de pollueurs-cuivreurs et de déviationnistes des fermentations. En ne gardant que'Hugel et Trimbach, cela devrait faire de grandes économies de papier, en fait !

L'adéquation dans sa pensée ou en d'autres mots, être droit dans ses petits souliers, il n'y a que cela de vrai....

Au fait, le saviez-vous ? : Le cuivre est extrêmement dangereux pour la santé. Pas pour rien qu'il est l'oligo-élément le plus vendu en pharmacie avec le magnesium.