On parle beaucoup de citoyenneté, surtout dans un pays à haute mixité comme la Belgique. Souvent les débats idéologiques animent cette notion de citoyenneté d’autant que la mixité religieuse dans des villes comme Bruxelles, Londres, New York et d’autres est élevée.

Hier, je me suis simplement demandé s’il n’était pas temps de faire table rase de tout cela, quand une dame s’exprimant bien en français et visiblement issue d’un pays de l’Est a, malgré mes réticences, exigé un « putain de sac de plastique » pour un pot de crème pour fesses rouges, pot qui tient dans le creux de ma main fermée, une grosse patte, j’en conviens.

079

Et même si nos sacs à la pharma sont en maïs biodégradable, ça m’a bouleversé de finir par lui filer son sac de merde parce que pour sa petite boîboîte, la dame a préféré ignorer mes arguments écologiques, a préféré ignoré que nous sommes en train, sur l’océan, de générer un nouveau continent en PVC, rien que parce qu’elle avait décidé mordicus d’avoir un putain de sac pour y mettre son pot à 4 euros, même s’il fallait le payer.

C’est alors que j’ai commencé à gamberger toute la soirée, la nuit et encore ce matin sur le fait que le jour où les pouvoirs publics se préoccuperont d’abord de la citoyenneté terrestre de leurs administrés avant de régler leurs affaires de pandas ou de savoir comment s’habiller à l’école, j’aurai peut-être un plus grand sourire.

Parce que la tarte de hier soir qu’elle m’a balancé l’autre par son comportement, elle n’y est pour rien…. Elle, on lui a jamais dit ce que c’était la pollution dans son pays d’origine, on ne lui en a pas parlé plus ici, dans son pays d’accueil, ELLE NE SAIT PAS, et c’est bien là le problème : Avant de tenter de sauver des banques, notre Communauté devrait un jour s’attaquer, rien qu’en "formation", au respect à vivre ensemble sur cette terre ou du moins ce qui l’en reste.

Mais on préfèrera deviser pendant des jours à coups de camions et de train interposés où fouttre son cul 4 jour par mois, parce que ça c’est vachement important.