26

Vous me direz... on l'entend plus , il écrit plus depuis quelques semaines... C'est un peu parce que les dégustations se sont succédées à un rythme de fou, surtout autour de l'Italie qui prend chaque jour une place plus importante dans ma passion d'oenophile.

Dans ce cadre, une visite de Francesca Padovani à Bruxelles, une dégustation de 25 Sangiovese et une de 15 Brunello ont illuminé mon palais et celui de mes joyeux camarades ces kours derniers... je reviendrai sous peu là-dessus... mais là, et c'est un gros "là", je ne respire plus que pour la visite que je vais faire en fin de semaine à Elisabetta Foradori dont, en plus de l'admiration que je lui vouais déjà, m'a littéralement renversé avec ses vins en amphore.

01

Et comme à l'occasion, je compte faire un gros gros article sur la muse du Trentino, je me dis que peut-être, ceux d'entre vous qui la connaissent souhaiteraient lui poser une ou deux questions que j'aurai largement le temps de lui poser à mon tour, toutr cela servant à produire un interview conséquent....

Donc, si, d'ici jeudi matin, vous avez des questions à poser à la "Dame du Trentino", n'hésitez pas à les relayer sur ce blog