Le dessin du jour du talentueux Rémy Bousquet (présent à Vini, Birre, Ribelli 2014) me fait penser à un exercice didactique à l’usage du consommateur lobotomisé. Parce que le Rémy, il a le compas dans l'oeil, sur le coup !

115

Prenons la promo Cora du jour sur le Bojo Nouveau…. 3,95 euros (sachant qu’il existe encore des tas de vins moins chers en rayon)

123

Imaginons maintenant cette bouteille sur la représentation de Rémy… Vous suivez ? Bon !

116

Enlevons maintenant la TVA de 21%

117

Il reste déjà un peu moins. Passons maintenant aux accises et écotaxes, environ 50 cents, quand même.

118 

Ensuite enlevons le prix de la bouteille, du bouchon, de l’étiquette (et figurez-vous que pour un bojo nouveau, elle est plus coûteuse), soit 60 centimes, environ,  il  ne reste plus que ceci.

119

Enlevons maintenant le transport, soit environ 30 centimes (je sais, c’est à la grosse louche), il reste de moins en moins

120

Il faut encore enlever le coût de la matière sèche qui comprend entre autres le poids du fruit, et aussi la technologie nécessaire à un vin primeur (si madame, la techno, c’est plus cher), soit re50 cents…

 121

Et enfin, enlevons 20% de marge du détaillant, soit 75 cents…. Il reste moins que le vide, enfin si, il reste la merde. Et encore, même la merde, c'est plus cher que zéro....

122

Alors, si votre caviste vous propose la quille à 12 euros ou plus, arrêter de râler, et buvez en tous, ça, c’est du bon !