... A propos de l'article des DNA - Passion Vin sur les bloggeurs

Lettre ouverte à Mademoiselle Julie Reux, auteur de l'article "Chacun cherche son Blog"

Chère Mademoiselle Reux (ou Madame, le cas échéant),

Je n'ai jamais caché mon intérêt de lecteur attentif pour votre revue trimestrielle "Passion Vin" qui se veut très largement et sans trop de renfort publicitaire (re)faire découvrir l'Alsace intra- et extra-muros aux amateurs œnophiles.

C'est donc avec plaisir que j'ai partagé avec vous dernièrement ces minutes autour de mon interview concernant ma passion des vins alsaciens à travers le Web et il est certain, à la lecture de votre article sur les passages me concernant, que le lecteur lambda dira que j'ai bien tort de me plaindre du résultat.
Ce serait effectivement le cas si je me contentais de voir le vin à travers mes goûts personnels avec mon blog en vitrine de ma passion.

Mais quand vous me faîtes dire par je ne sais quel instrument elliptique "On vient au vin par les bordeaux, à l'œnophile par la RVF et ajouterons-nous désormais au blog... par les forums de discussion", vous altérez totalement mes propos et je le regrette fortement.

Tout d'abord votre usage du "on" est inexact.
S'il est vrai que de nombreuses personnes sont venues (dont moi) au vin par les Bordeaux, l'usage du "on" à travers mes propos me fait généraliser une situation ou un cheminement qui ne le sont pas obligatoirement. Si les pôles culturels étaient en Belgique, entre autres pour des raisons de pouvoir d'achat favorable, largement centrés sur les vignobles de l'Ouest de la France, et cela, il y a vingt ans, ce n'était tout de même pas une généralité et ne l'est certainement plus aujourd'hui, le monde du vin s'étant largement ouvert à toutes les régions de France et d'ailleurs, rien que par le fait que le vignoble que vous citez nous est devenu depuis longtemps inabordable.

Deuxièmement, vous me dites être venu (si, du moins, je personnifie votre "on") à l'œnophile par la RVF.
Si je vous ai bien dit que, parmi mes premières lectures, la RVF figurait en bonne place, je ne pense pas avoir occulté d'autres revues telles IVV ou d'autres sources bibliographiques tels les guides (dont ceux de Parker). Et si ces ouvrages multiples dont je n'attaquerai nullement la qualité ont été pour moi une source d'information précieuse, ils n'ont été en rien un moteur passionnel. Seule un ouvrage m'a réellement donné de la passion, c'est "Mes Aventures dans le Vignoble de France" de Kermitt Lynch. Mais ce sont surtout les dégustations partagées entre passionnés "naissants" et les progressives rencontres avec les vignerons qui ont forgé cette passion, rien de plus.

Enfin, je ne me permettrais pas ce "coup de sang" pour les broutilles qui précédent, reconnaissant la difficulté de sortir l'essentiel de mes bavardages téléphoniques, si mes dires n'étaient pas tristement intégrés dans la phrase "ajouterons-nous désormais au blog... par les forums de discussion", vous permettant d'ajouter à mes dires sans "heureusement" m'en donner la paternité : "Aujourd'hui plus ou moins disparus du paysage 2.0, ces préhistoriques espaces de conversation sont d'après Thierry Meyer le début de tout ».

Si les avis qui suivent dans le paragraphe, dont celui plus que tranché négativement d'Eric Langermann ne regardent que lui, je suis totalement révulsé à l'idée de pouvoir être relié à ces propos lapidaires alors que tout au long de mon interview, je n'ai eu de cesse d'affirmer que seule mon activité sur le forum LPV primait dans mon esprit, parce qu'il est justement un bien plus large espace de discussion, alors que je ne considére mon blog que comme un espace de sauvegarde de mes délires sur la toile, une espèce de d'armoire à tiroirs, me permettant de ranger "bien en ordre" mes écrits en vued 'une éventuelle utilisation future, ce que la mégastructure du forum ne permet pas vraiment.
La seule chose que je ne renie vraiment pas de mon blog, c'est qu'il puisse amener d'autres oenophiles vers l'Alsace et surtout vers ses vignerons.

Vu donc mon insistance constante à préciser mon point de vue ultra-positif sur le forum LPV quand vous m'avez interviewé, je ne peux qu'être attristé de ce qui ressort ou ressortira, à travers votre article
et je tenais à vous l'exprimer clairement, sans volonté de polémique pour le reste de votre revue. 
 

Bien à vous,

 

Patrick Böttcher